The American West (September 2016) Part 2/3

L’Ouest américain (septembre 2016) Partie 2/3

Maintenant, ce blog est bilingue et prend la suite de mes deux blogs en français, que vous pouvez continuer à visiter pour les sorties passées: http://huberaime.wordpress.com/ et http://tabbychat.wordpress.com/ . Souvent, un lieu décrit ici a déjà été montré ailleurs dans ce blog, ou le sera plus tard: utilisez donc aussi le moteur de recherche interne et explorez les Archives, à droite de chaque page. Le texte anglais n’est pas forcément une traduction directe depuis le français. Si vous voulez faire des sorties avec nous ou simplement demander des renseignements ou partager des impressions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à m’écrire ici: huberaime@hotmail.fr , car nous aussi avons besoin d’encouragements et de retours critiques sur notre travail, pour ne pas avoir l’impression de publier dans le vide, et pour faire mieux ensuite. Si vous voulez gratuitement des photos “entières” et non filigranées, adressez-moi une demande motivée. Nous pouvons aussi nous déplacer pour réaliser bénévolement de petits reportages sur demande. Lisez également mon livre bilingue et illustré: MON GRAND VOYAGE, ETHIOPIE 1976-78: 20 Mois à travers 10 Pays, mis gratuitement en ligne ici: http://huberttabutiaux.wordpress.com/2011/04/16/introduction/ . Si vous aimez mon travail, partagez les liens avec vos contacts. Je suis ouvert à toute proposition concernant une publication sur papier. J’aimerais également trouver des personnes pour dialoguer en anglais, oralement ou par écrit.   

Comme j’ai décidé de voyager davantage et plus loin, ce blog pourra décrire dorénavant des pays ou régions autres que la Provence.

This blog is now bilingual. If you have enjoyed this article, you can visit my first two blogs: http://huberaime.wordpress.com/ and http://tabbychat.wordpress.com/ If you don’t read French, have a look anyway at the numerous photos. Often, a place described here has already been shown in this blog, or will be later: so look also at the Archives, on the right of each page, and use the internal search engine, at the top. If you recognize yourself on my photos and wish to receive free watermarkless pictures, or if you want to do an outing or a hike with us, or merely to share impressions or feelings, don’t hesitate to drop me a line. Indeed, I need critical feedback from you about my work, in order not to have the feeling of speaking to the walls, and to do better afterwards. I‘d also like you to read my bilingual illustrated book: MY GREAT TRIP, ETHIOPIA 1976-78: 20 Months across 10 Countries, published here: http://huberttabutiaux.wordpress.com/2011/04/16/introduction/ Please write me there, in English or in French: huberaime@hotmail.fr . If you like my work, share the links with your contacts. I’m open to any idea about a publication on paper. I would also like to find people with whom to communicate in spoken or written English.

Since I’ve decided to travel more, and farther, this blog may from now on describe other countries or regions, besides Provence.

La première partie de ce compte-rendu est ICI.

The first part of this account is HERE.

Mes impressions après les trois premiers jours de ce circuit à la découverte du Far West sont mitigées: je contemple des sites splendides par un très beau temps, ce qui me prépare une magnifique série de souvenirs photographiques. Mais les conditions du voyage sont  pour moi franchement désagréables et je vous déconseille vraiment cette formule: groupe de cinquante – rien que la descente du car est fastidieuse car les bus américains n’ont qu’une porte pour les passagers, à l’avant – et files d’attente partout. On retrouve les mêmes cars à chaque arrêt et les chauffeurs font même parfois la course entre eux pour arriver en premier à la prochaine halte. Les queues, particulièrement désagréables aux restaurants, nous font de plus perdre un temps précieux, pris sur les visites, parfois un peu bâclées. La longueur des étapes (4400 km de car en tout) n’arrange rien et nous arrivons souvent fort tard à l’hôtel, dont nous n’avons pas le temps de profiter pleinement des équipements, pourtant généralement de bon niveau. Pour couronner le tout, je n’aime guère ce groupe, formé surtout de sous-groupes déjà constitués, et je suis le seul participant “en solo”.

My feelings after the first three days of this tour across the Far West are mingled: I admire beautiful sites with gorgeous weather, which promises a fine series of photos. But the conditions of the trip are for me very unpleasant and I really advise you against this system: a fifty-strong group – just to get off the coach is tedious for the American buses have an only door for passengers, at the front – and waiting files everywhere. One finds the same coaches at each stop and the drivers even sometimes race to arrive first at the next stopping place. Queues, particularly unpleasant at restaurants, are moreover a waste of time, shortening the visits, sometimes a little bungled. The length of the stages (4,400 km by coach altogether) also consumes time and we often arrive very late at the hotel, whose facilities, albeit usually of a good level, we don’t have the time to make the most of. To crown it all, I hardly like the group, mainly made up of already-constituted small groups, and I’m the only member doing it on my own.

cv-USA Utah Red Canyon 11.09.2016a

Depuis Kanab, dans l’Utah, nous faisons un bref arrêt matinal au Red Canyon (ci-dessus), en chemin pour Bryce Canyon (ci-dessous). 

From Kanab, in Utah, we make a short morning break at Red Canyon (above), on our way to Bryce Canyon (below). 

da-USA Utah Bryce Canyon 11.09.2016a 

Les magnifiques formations de Bryce Canyon me rappellent des sites de chez moi dans le Vaucluse, en France, mais en plus grand ici. Le temps de visite est court et je dois me contenter d’une promenade au bord de l’à-pic.

The beautiful Bryce Canyon formations remind me of some landscapes back home in Vaucluse, France, but they are larger here. We don’t stay very long on the site and I have to be content with a walk along the rim.

dc-USA Utah Bryce Canyon 11.09.2016a 

dl-USA Nevada Las Vegas 11.09.2016a

  Nous atteignons maintenant la destination finale du jour: Las Vegas, dans le Nevada.

We now reach our final destination of the day: Las Vegas, in Nevada.

ds-USA Nevada Las Vegas 11.09.2016a

  Cité du plaisir et de la liberté pour les uns, lieu de perdition pour les autres, Las Vegas ne peut laisser indifférent: une promenade au sein des hôtels-casinos – dont l’entrée est gratuite – est un tourbillon exubérant, dans un grand concours de couleurs, de démesure, d’extravagance, et de goût on ne peut plus kitsch.  

A city of pleasure and freedom for some people, a den of vice for others, Las Vegas can’t leave you indifferent: a walk among the hotels & casinos – their access is free of charge – is an exuberant whirl, in a great wealth of colours, immoderation and very kitsch extravagance.

dw-USA Nevada Las Vegas Venetian 11.09.2016a 

dy-USA Nevada Las Vegas Venetian 11.09.2016a

  Comme tout le reste ici, ces ciels sont faux: en réalité il fait nuit noire.

Like everything else here, these skies are false: in reality, it’s pitch dark.

ec-USA Nevada Las Vegas Caesars Palace 11.09.2016a 

eg-USA Nevada Las Vegas Paris 11.09.2016a

On voyage vite dans l’espace et dans le temps, à Las Vegas: Venise, les Romains, Paris, New York… 

One travels fast in space and time in Vegas: Venice, the Romans, Paris, New York…

ei-USA Nevada Las Vegas New York 12.09.2016a

  Tous les hôtels ou presque, au Nevada, sont aussi des casinos. Même les supermarchés ont une rangée de machines à sous où l’on peut jouer, avec son chariot. En soirée à l’hôtel à Las Vegas, j’observe les tables de jeu (la roulette me fascine un peu) et les bandits manchots. Les joueurs ont des visages fermés et ne semblent guère prendre un réel plaisir à leur passion. Je prends une bière au bar mais bien entendu je ne joue pas.

Nearly all hotels, in Nevada, are also casinos. Even supermarkets have a row of slot machines where you can play, with your trolley. At night at the hotel in Vegas, at their machines or tables (the roulette fascinates me a bit), I watch the players. Their faces are tight and they don’t seem to really enjoy their passion. I have a beer at the bar but that’s all for I’m no gambler.

ep-USA Californie Vallée de la Mort Zabriskie Point 12.09.2016a

Le lendemain matin, nous prenons la route pour la Vallée de la Mort, en Californie. Cette dépression mérite son nom peu engageant car plus d’un imprudent ou d’un malchanceux n’a pu finir la traversée de ses espaces désolés et torrides. Ci-dessus, la vue depuis Zabriskie Point, et ci-dessous, l’oasis de Furnace Creek, située au-dessous du niveau de la mer, où nous déjeunons. Les quarante minutes de queue par plus de quarante degrés – avec brumisateurs et à l’ombre tout de même – pour entrer dans la salle de restaurant bondée resteront l’un de mes mauvais souvenirs du voyage.

The following morning, we set off on our way to Death Valley, in California. This depression deserves its little-engaging name for more than one careless or unlucky traveller couldn’t finish the crossing of its desolate torrid expanses. Above, the view from Zabriskie Point, and below, Furnace Creek oasis, situated below sea level, where we have lunch. The forty-minute queue in the searing heat – with a misting system and in the shade all the same – before entering the crowded dining room will remain one of my bad memories of the trip.

es-USA Californie Vallée de la Mort Furnace Creek 12.09.2016a 

ex-USA Californie Vallée de la Mort 12.09.2016a

  Un autre aspect de la Vallée de la Mort.

Another view of Death Valley.

ez-USA Californie Camions Route de Bakersfield 12.09.2016a

  Nous quittons le chaudron et faisons un arrêt peu avant notre étape de Bakersfield, à l’extrémité sud de la vallée centrale californienne. Les camions américains sont plus pittoresques, à mon avis, que leurs homologues européens.

We leave the cauldron and take a short break a little before our evening stage in Bakersfield, at the south tip of the Californian central valley. To my mind, American trucks are more picturesque than their European counterparts.

fa-USA Drapeau 13.09.2016a

  Arrêt matinal le lendemain sur une aire d’autoroute (ci-dessus).

During a morning break next day on a motorway rest area (above).

fc-USA Californie Yosemite Valley Tunnel View 13.09.2016a

  Nous visitons le parc national de Yosemite, dans la Sierra Nevada, avec ses magnifiques pics, dômes et falaises de granit gris clair. Nous pique-niquons au bord de l’eau. Les cascades sont malheureusement à sec en cette saison.

We visit Yosemite National Park, in the Sierra Nevada, with its beautiful peaks, domes and cliffs of pale grey granite. We have a picnic by a river. Waterfalls are unfortunately dry in this season.

fg-USA Californie Yosemite Valley 13.09.2016a

Dans le parc de Yosemite (prononcer yomiti), la ventilation et la climatisation du car tombent en panne. Nous ouvrons partiellement les deux trappes de toit, ce qui, dans ce parcours montagnard, suffit à maintenir l’atmosphère respirable.

In Yosemite Park, the ventilation and air-conditioning in the coach break down. We partially open the two roof hatches, which, following this mountain route, is enough to keep the atmosphere breathable.

fo-USA Californie Saloon Route de Modesto 13.09.2016a

Plus loin, sur la route de Modesto, nous faisons halte dans un authentique saloon du Far West où aucun autre car n’est arrêté. Mais nous sommes cinquante touristes tout de même à envahir les lieux. Je m’offre une pinte de bière Budweiser pour 2$.

Further, on our way to Modesto, we stop at a genuine Far West saloon where no other coach has parked. But there are fifty of us all the same, invading the premises. I have a pint of Budweiser beer for 2$.

fp-USA Californie Don Pedro Reservoir 13.09.2016a

A basse altitude, l’atmosphère du car non ventilé devient étouffante. De plus, je suis aujourd’hui tout au fond du bus, au milieu d’un sous-groupe bruyant et pour tout dire commun. J’ai les pieds qui cuisent au jus et je n’ai qu’une envie, me déchausser, mais je ne le fais pas, vous devinez pourquoi. Je profite tout de même sans désemparer de l’occasion, par la vitre, pour photographier au soleil couchant le lac réservoir Don Pedro (ci-dessus). Après un temps interminable, nous arrivons au restaurant, bondé comme d’habitude. Après le dîner, nous attendons un autre car avec un nouveau chauffeur qui nous conduira comme un fou à l’hôtel, où nous arriverons très tardivement. J’espère au moins que la journée phare à San Francisco ne va pas pâtir de nos soucis d’autocar.

At a low altitude, the atmosphere without ventilation in the coach becomes stifling. Moreover, I’m sitting to-day in the back row of the bus, in the middle of a small group, noisy and pretty common. My feet are just simmering and I very much would like to take off my shoes, but I don’t, you guess why. I make anyway the most of the opportunity to photograph, through the pane, Don Pedro Reservoir at sunset (above). After an endless time, we arrive at the restaurant, crowded as usual. After the dinner, we wait for another coach with a new driver who will take us at breakneck speed to the hotel, where we will arrive very late. At least I hope the long-awaited dream day in San Francisco will not suffer because of our coach problems.

SUITE ICI                              CONTINUATION HERE

About Huberaime

Enseignant, né en 1955, passionné de photo, nature, rando et patrimoine provençal. N'hésitez pas à m'écrire si vous voulez gratuitement des photos non filigranées, faire des sorties avec nous ou simplement échanger des impressions: huberaime@hotmail.fr
This entry was posted in Etats-Unis and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to The American West (September 2016) Part 2/3

  1. Pingback: The American West (September 2016) Part 1/3 | PHOTOS OF OUR PROVENCE and Beyond

  2. Joe"s Retirement Blog says:

    Such a treat to see my home country through the eyes of an out of country visitor! Outstanding images. Glad to see you are enjoying the visit. It is unfortunate that they push you along from place to place without much time to linger and enjoy each location. Joe

  3. Thanks a lot Joe for your comment. Now I want to visit the East Coast, but absolutely not in the same conditions, perhaps by my own means, for I like to feel free. Go on with your very good posts on your blog, I like them; you’re a good photographer, with interesting texts to match. HT

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s